Alors qu’elles représentent 55% de la création de richesse en France et 2 emplois sur 3, les PME et les ETI sont absentes de la scène publique. Leurs dirigeants se sentent parfois, voire souvent seuls et isolés.

« L’isolement est un état où l’on est privé de secours. Un homme, en effet, par le fait qu’il est seul n’est pas pour cela isolé, pas plus, du reste, qu’il n’est délivré́ de l’isolement par le fait qu’il se trouve au milieu d’une foule. Ce concept d’isolé signifie l’état d’un homme privé de secours, exposé à qui veut lui nuire. » (Epictète, Entretiens, livre 3)

BPI France a mené une étude en novembre 2016 auprès d’un panel de près de 2 400 entreprises.

Qui sont ces dirigeants ? Pourquoi se sentent-ils seuls et quelles sont les contre-mesures qu’ils ont mis en œuvre ?

Qui sont les dirigeants de PME et d’ETI du panel de l’étude ?

Selon cette étude, le profil type du dirigeant est le suivant :

  • 89% sont des hommes de 51 ans
  • 84% vivent en couple et ont 2 enfants (ou plus)
  • 53% d’entre eux dirigent seuls leur entreprise
  • 72% travaillent plus de 50 heures par semaine

Leur entreprise réalise un chiffre d’affaires entre 2 millions et 1,5 milliards d’euros par an. Et dans 51% des cas, leur famille est présente dans le capital ou dans l’entreprise.

45% des dirigeants de PME et d’ETI, hors TPE, se sentent isolés.

Quel que soit la taille de l’entreprise, l’isolement varie peu et au final, plus l’entreprise a une taille modérée, plus son dirigeant se sent isolé.

Quelles sont les causes de l’isolement ?

La prise de décision

Le dirigeant peut consulter son équipe ou des conseils mais il porte seul la responsabilité de de sa décision. Lorsqu’il est le propriétaire de son entreprise et en fonction de sa structure juridique, la pérennité de son entreprise peut également peser sur son patrimoine, sa famille…

La fonction

L’isolement est lié au statut du dirigeant dans l’entreprise, à l’incarnation du pouvoir dans l’entreprise et à sa manière de l’exercer. Plus l’entreprise est grande, plus une distance entre ses salariés et lui peut s’instaurer.

Les relations

La solitude du dirigeant peut résulter de sa difficulté à mobiliser les ressources de manière efficace ou de ne pas disposer du « bon » réseau de relation pour obtenir les ressources adéquates. (Exemple : le recrutement)

La connaissance

Le dirigeant n’a pas la science infuse et n’a pas toujours ni l’entourage ni les moyens de s’entourer sur les domaines de connaissances qui peuvent lui faire défaut.

La conjoncture

La vie de l’entreprise n’est pas un long fleuve tranquille et certaines situations « traumatisantes » engageant la pérennité de l’entreprise conduisent à l’isolement. (Perte d’une ressource clé, défection d’un client important, …)

La dimension existentielle

Le déséquilibre entre l’engagement du dirigeant et les bénéfices réels peut mener à cette forme d’isolement et avoir des conséquences dramatiques. BPI France estime que 15% du panel interrogé est en risque d’épuisement professionnel.

Le manque de reconnaissance sociale et représentation positive

« Le manque de reconnaissance sociale et les préjugés à l’égard des dirigeants sont classés en 3e position des facteurs déclencheurs du sentiment d’isolement, derrière la complexité du monde et la solitude du pouvoir et de la décision, preuve de son importance aux yeux des dirigeants. »

Quels remèdes ?

Les solutions mises en œuvre par le panel interrogé reposent principalement sur 5 points majeurs. Plusieurs réponses étaient possibles (2,4 réponses par répondant).

Parmi les autres points abordés, nous trouvons également le recrutement, l’ouverture du capital, le coaching personnel, la politique, l’entourage familial et amical…

Retour haut de page